top of page

Le Soufisme Universel, qu'est-ce-que c'est ?




J'ai la chance de n'avoir pas été baptisée. Pas de baptême, pas de catéchisme, pas de doctrine ou de croyances imposées.

Ma rencontre avec le Divin a choisi d'autres voies...

Ni conditionnée, ni blessée par l'éducation religieuse, j'ai eu l'espace intérieur, lorsque j'ai rencontré les Danses de la Paix Universelle, pour être touchée directement, sans filtre.



Les Danses de la Paix Universelle sont des danses en cercle où l'on chante et danse des mantras de toutes les traditions spirituelles du monde, accompagnés de musique vivante. Ces danses sont des danses sacrées, et sont une pratique de prière en mouvement, de reliance au Divin, autour de soi et en soi, à travers le corps (Pour en


savoir plus sur les Danses de la Paix Universelle, tu peux regarder ICI ou ICI).

Lorsque j'ai rencontré cette pratique, accessible à tous sans distinction de croyance, d'âge ou de capacité physique ou vocale, j'ai été "transpercée" par la puissance des phrases sacrées. Ces prières, récitées par des milliers, des millions de personnes depuis des milliers d'années, vibraient dans mon corps, dans ma voix....dans mon cœur et dans mon Être tout entier, œuvrant à réparer mon lien intime au Divin, affaibli et blessé par mon histoire de vie.

Je ne savais pas, à l'époque (c'était autour de 2008-2009), que la pratique des Danses de la Paix Universelle, comme je le disais accessible à tous sans aucune restriction, était en réalité une des pratiques en lien avec le soufisme universel.


Le soufisme universel a été introduit en Occident par Hazrat Inayat Khan au début des années 1900. Contrairement à la croyance largement répandue que le soufisme est un courant appartenant à l'Islam, je dirais que le soufisme est une philosophie de Vie, une façon d'approcher la Vie et ses mystères qui se situe au-delà de l'appartenance à une "religion" au sens classique du terme (c'est-à-dire au sens d'Eglise). Selon moi le soufisme, bien qu'au départ enraciné dans la culture musulmane, est un courant mystique qui ne se résume pas à la culture dans laquelle il s'est déployé à ses débuts.


Ainsi le soufisme universel nous rappelle-t-il, comme le dit magnifiquement Hazrat Inayat Khan, que :"Toutes les traditions religieuses sont comme autant de rivières qui coulent vers le même Océan".


Ainsi en laissant mon Être être pétri par la beauté et la couleur unique des mantras des différentes traditions spirituelles au travers des Danses de la Paix Universelle, mon cœur s'est ouvert à l'Universel, ce qui relie tout, ce qui nous relie tous.


"Cela" n'a pas de nom.

"Cela" n'a pas de forme.

Mais "Cela" nous constitue, nous traverse et nous relie.


A travers ces Danses, puis ensuite différentes pratiques mystiques universelles comme la prière du Notre Père en araméen, la langue natale de Yeshua, le Abwoon; ou comme la pratique du Dhikr soufi, pratique de Souvenance du Divin, en nous et autour de nous; ou comme les cérémonies Lakota d'Amérique du Sud me rappelant ma sororité avec les éléments naturels...j'ai pu goûter à certaines des formes et des couleurs prises par le Divin sur cette terre. Les portes d'accès sont infinies ! Et j'ai ainsi pu goûter à une des grandes pensées soufies, que je te partage aujourd'hui :


"Il y a une seule Religion, le progrès constant dans la direction juste vers l’idéal, qui accomplit le but de la vie de chaque âme."


Voilà ma compréhension de cette pensée, après plus de 10 ans à marcher la voie du soufisme universel en tant qu'élève et aujourd'hui en tant que guide.


Le mot Religion signifie à l'origine relier. Et en effet, au-delà des différentes formes adoptées par les êtres humains pour se relier au Divin, au Sacré, à plus grand qu'eux, une seule reliance existe : celle de marcher, d'être en mouvement vers l'idéal.

Cet idéal nous reste souvent mystérieux à nous-même, mais plus nous marchons le chemin, plus nous apprenons à nous connaître, plus nous mettons nos êtres et nos pensées en contact avec la Vie, plus nous apprenons à connaître ce qu'est cet Idéal.

Il est toujours présent, que nous en ayons conscience ou non; il est toujours en mouvement, jamais figé, mais bien sculpté par une danse perpétuelle entre nos valeurs, nos croyances, nos pensées, et leur rencontre avec la Vie.


Et au fond, cet Idéal, ou le fait de marcher vers cet Idéal, est ce qui accomplit le but de l'âme.

Serait-ce le "mouvement vers", ce "progrès constant dans la direction" de, qui constituerait le but de notre âme ?


J'aime cette pensée, car elle m'ouvre sur l'Infini...


Au fur et à mesure que je marche, l'horizon change;

Je pense à chaque fois m'en rapprocher, pour m'apercevoir à chaque nouvelle étape qu'il s'est encore éloigné;

Il est impossible à saisir, et pourtant je tente perpétuellement de l'atteindre;

C'est à le fois mon intime douleur, et mon moteur...


Pour marcher sur ce chemin de l'âme, nul besoin de se positionner de manière fixe et figée dans une doctrine, au sein d'une Eglise. Les murs en sont bien trop étroits...quel que soit le temple choisi...


Et comme le dit le poète persan Djalâl-od-Dîn Rûmî :


"Je n'appartiens à aucune religion.

Ma religion est l'amour.

Chaque cœur est mon temple."


Asherah


Crédit Image : http://gulcankaradag.com/




93 vues0 commentaire

Comments


bottom of page